Aller au contenu principal
Présidence Française Union Européenne

L’essentiel sur la présidence française de l'Union Européenne 2022 : Quels enjeux pour la filière agricole ?

Depuis le 1er janvier 2022, la France assure la présidence tournante du Conseil de l’Union Européenne. Une première depuis 14 ans !
Concrètement, qu’est-ce-que cela signifie ?
Présidence Française Union Européenne

Depuis le Traité de Lisbonne, chaque pays de l’Union européenne préside tour à tour le Conseil de l’Union européenne pour une période de six mois. Il est ainsi chargé d’organiser l’ensemble des réunions du Conseil, et doit présenter une feuille de route détaillée au début de son mandat. 

Une occasion pour la France, première puissance agricole d’Europe, de penser l’avenir de la filière agricole ! 

En effet, l’agriculture est un pilier majeur de la construction européenne. 

A travers la Politique agricole commune (PAC), fondée en 1957, l’Union Européenne a connu ses plus grandes avancées puisqu’elle constitue la première politique commune européenne. 

La prochaine PAC 2023-2027 ayant été adoptée le 23 novembre dernier par le Parlement européen, ce sera donc à la France de veiller au suivi de sa mise en œuvre. 

A noter pour notre communauté ADAMA France, les dossiers prioritaires de la France durant sa présidence au Conseil, évoqués par le Ministre de l’Agriculture, Julien DENORMANDIE :

  • La révision de la directive sur l’utilisation durable des pesticides, adoptée en 2009, prévoyant que les États membres adoptent des plans d'action nationaux pour fixer leurs objectifs quantitatifs, leurs cibles, leurs mesures et leurs calendriers. En effet, Emmanuel MACRON, Président de la République, a annoncé son souhait d’avancer sur la réduction de l’utilisation des pesticides, voire sur son interdiction. Des alternatives et un accompagnement seraient proposés aux agriculteurs. 
  • La question du « carbon farming », à savoir la fixation du carbone dans les sols agricoles. La France souhaite que le sol devienne le premier pourvoyeur de crédits carbone, ce qui pourrait engendrer des revenus supplémentaires pour les agriculteurs.
  • La réciprocité dans les échanges agricoles. L’objectif affiché par la France est celui d'exiger des produits agricoles importés les mêmes standards sanitaires et environnementaux que pour la production européenne, en incluant dans les traités commerciaux des «clauses miroirs»

Nous suivrons avec attention l’ensemble de ces sujets, 2022 étant, comme vous l’avez compris, une année particulière pour l’avenir de l’agriculture française et européenne !

Classement SGH07(exclam); SGH09(pollut)